Chacun cherche son RIC

Étienne Chouard et Maxime Nicolle, dit « Fly Rider », se sont associés vendredi 22 mars pour une conférence sur le Référendum d’initiative citoyenne (RIC). L’événement a rassemblé 450 personnes dans la salle des fêtes de Villerupt. L’occasion pour chacun de discuter démocratie, élites, et remise en cause de la chefferie populaire.

Des intervenants, dont Etienne Chouard et Maxime Nicolle, ont mené une conférence sur le RIC à Villerupt, devant 450 personnes. Photo Danae Corte.

Au cœur des revendications des gilets jaunes, le Référendum d’initiative citoyenne (RIC), ressemble à un fantasme démocratique. Derrière celui-ci, une idée simple : reprendre le contrôle de la Constitution, qui serait écrite par et pour des « élites », afin d’en remettre les intérêts dans le camp des citoyens. Soutenue par l’enseignant et blogueur Étienne Chouard, l’idée semble faire des émules. Mais pas seulement. Si certains affirment connaître les enjeux d’une telle refonte politique, d’autres s’interrogent, soit sur son fonctionnement, soit sur ses objectifs, ou encore sur la légitimité des figures qui le portent…

Le RIC, c’est quoi ?

Ce soir du 22 mars, la salle des fêtes de Villerupt accueille environ 450 personnes. Parmi eux il y a les convaincus, les sceptiques, les curieux. Certains, d’abord, se réjouissent d’une occasion pour mieux comprendre ces trois lettres décorant les gilets depuis le début du mouvement. Car s’il est beaucoup évoqué, le RIC n’est pas forcément bien expliqué. Cindy, jeune Gilet Jaune, s’en amuse : « Je ne comprends rien au RIC. » « Moi, j’ai entendu qu’il y avait deux RIC, à cause de l’Union Européenne », s’étonne Floriane, faisant référence au droit communautaire européen qui entrerait automatiquement en conflit avec certaines décisions internes. D’autres, comme Sébastien, bien conscients des enjeux d’une telle mesure, s’interrogent d’autant plus. « J’aimerais bien savoir comment cela se mettrait en place. Je viens ici pour trouver des réponses. »

En recueillant les interrogations autour des ronds-points, Mathieu Dalmar, Gilet Jaune et organisateur de la conférence, dit avoir constaté une confusion sur les enjeux du RIC. Répondre aux questions des Gilets Jaunes et donner du sens à cette revendication justifie pour lui l’organisation de cette conférence.

Alors, le RIC, qu’est-ce que c’est ? En quelques mots simples, Étienne Chouard le définit comme une « démocratie pour le peuple, par le peuple« , qui passe par une réécriture de la Constitution. Cherchant résolument à se mettre au niveau de son audience déjà conquise, il explique qu’une mesure comme le RIC permettrait la promulgation de lois à l’initiative d’un nombre réduit de citoyens. « Le RIC, ce n’est pas une loi à prendre, c’est une façon de prendre les lois […] Elle nous libère de la prison dans laquelle nous sommes » poursuit le conférencier, « En écrivant notre Constitution, on apprend à être un adulte politique. »

Deux femmes discutent leurs propositions pendant l'atelier constituant.
Après la conférence, le public était invité à former des groupes pour un « atelier constituant ». L’occasion de définir les mesures que le RIC pourrait porter. Photo Danae Corte.

Les discussions se poursuivent, et les phrases bien trouvées sont applaudies en bloc. Mais l’opposition n’est pas absente. Plusieurs voix se lèvent dans le public et laissent apparaître le flou des motivations, qui sous-tendent l’adhésion — ou non — à cette grande réforme populaire.

La caste, le système, les élites… le flou

Un constat sur lequel presque tous s’entendent : les élites sont à la source du problème. Les représentants, trop éloignés des causes populaires, sont devenus incapables de servir l’intérêt de l’électorat. Ils définissent les règles du jeu comme cela les arrange, au détriment des conditions de vie des citoyens, de leurs aspirations et de leurs réalités. L’affirmation « Nous sommes réduits au rang d’électeurs, seulement capables de désigner leurs maîtres » d’Étienne Chouard, fait mouche : le public s’y reconnaît. Les concepts de « prison politique » de la Constitution, de « référendum césariste » de Napoléon III semblent largement approuvés et compris. Comme autant de moyens d’intégrer l’idée d’« infantilisation politique ». L’objectif de la conférence est assumé : reprendre le contrôle sur la place et le rôle des élites.

Au sein de celles-ci, plusieurs figures sont évoquées. Les classiques, politiciens professionnels, la bourgeoisie, ou encore les médias et sondages – qualifiés de « bienfaiteurs » des deux précédents… tous possédant d’une certaine forme de pouvoir jugée illégitime. D’autres figures de l’élite sont également évoquées… somme toutes plus farfelues, et plus marginales. Une dame, au bout d’une discussion de vingt minutes, qui affirme par exemple que les Juifs seraient présents « à plus de 99% » au sein de la structure décisionnelle et médiatique française. Chrysalide, qui anime la chaîne complotiste du même nom sur Youtube, se lève en début de conférence pour interpeller Fly Rider, déplorant un manque d’intérêt pour les Francs-Maçons, les sionistes, ou pour les « réseaux de pédocriminalité » qui gangrèneraient les systèmes d’élites.

Ces quelques cas d’expression antisémite ou complotiste semblent à relever comme autant de traces de confusion. Au sein d’un mouvement aussi hétérogène, qui ne se revendique d’aucune classe ou marquage politique, il n’est pas étonnant de retrouver des positionnements aussi éclatés. Et au gré des interventions spontanées, une défiance semble déjà s’affirmer à l’égard des personnalités qui risqueraient de s’ériger en chefs non voulus.

A plusieurs reprise des hommes se sont levés pour interpeller Etienne Chouard et surtout Fly Rider. Bien que cela interrompe la conférence, les organisateurs les ont laissé s’exprimer à condition de rester bref. Photo Danae Corte.

Ces chefs qu’on adore haïr

Car, on le sait, le mouvement des Gilets Jaunes se veut indépendant de toute gouvernance.
Quand une femme se lève pour appeler à une manifestation, d’autres répliquent pour dénoncer son affiliation à la France Insoumise et son leader omniprésent. La représentation au sein des Gilets Jaunes, tout de même assurée par des personnalités émergentes, n’en demeure pas moins source de dissonances. Un homme ne manque d’ailleurs pas de soulever : « Pourquoi ne pas parler de messager, plutôt que porte-parole ? » C’est la subtilité qui semble révéler une problématique de fond : quelle légitimité pour ceux qui prennent la parole à la place d’autres, dans un mouvement qui se bat justement contre une telle hiérarchie ?

Comme pour équilibrer les tensions entre orateurs et spectateurs, les deux conférenciers mettent un point d’honneur à donner la parole à tous. Le contexte ne semble d’ailleurs pas laisser la place à une autorité franche. Et alors que la figure presque paternelle d’Étienne Chouard fait la quasi-unanimité, celle de Fly Rider est plus ambiguë. Signant des gilets à la chaîne, il est aussi régulièrement interpellé en cours de conférence sur son image de représentant du mouvement. « Est-ce que j’ai demandé à qui que ce soit de me suivre ? […] Je ne suis pas représentant, ni président. » Sur la défensive, le Gilet Jaune Maxime Nicolle, assis devant son micro sur l’estrade, se trouve à devoir justifier sa place. Il y a une double figure visible: celle de l’idole admirée des Gilets Jaunes, qui prend la parole dans l’espace public, et celle qui rappelle vaguement les schémas combattus.

Critiqué pendant la conférence, Fly Rider est assailli de demandes de photos et de dédicaces de gilets dès qu’une pause est sonnée. Photo Danae Corte.

Une question persiste cependant : comment met-on en place le RIC ? Même pour Étienne Chouard, régulièrement questionné à ce sujet, la marche à suivre est incertaine. Une guerre civile ? « Je n’y crois pas. » L’orateur préfère rester vague, et favorise une transition en douceur. Une position qui lui permet de continuer de faire l’unanimité auprès de son auditoire.

Danae Corte & Pierre Petitcolin


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s